Optimiser les bienfaits d’une bonne santé

De nombreux facteurs contribuent à un milieu de travail sain et productif. Les programmes d’avantages sociaux des employés favorisent le mieux-être et encouragent un juste équilibre entre la vie familiale et professionnelle. Les avantages des régimes d’assurance-maladie qui comprennent l’accès aux médicaments novateurs maintiennent les employés au travail et productifs. Une abondance de preuves démontre que les employés en bonne santé sont plus productifs et moins susceptibles de se porter malades. En fournissant l’accès au bon traitement au bon moment, les milieux de travail peuvent réduire l’absentéisme, éviter les demandes de prestations d’invalidité et réduire le présentéisme — les employés qui sont physiquement au travail, mais dont l’esprit est ailleurs.

Les employeurs qui mettent l’accent sur la santé de leurs employés peuvent également réduire les coûts associés aux échéanciers non respectés, au recrutement de personnel de remplacement, aux heures supplémentaires et à la formation de nouveaux employés.

Une approche intégrée pour un milieu de travail en bonne santé

Comprendre le rôle des maladies chroniques et de la santé mentale est essentiel à un milieu de travail en bonne santé. Les employeurs d’aujourd’hui sont à la recherche d’une approche intégrée qui place la priorité sur la promotion d’un mode de vie sain, comme une meilleure nutrition et de l’exercice, de même que sur la lutte contre la toxicomanie et la maladie mentale.

Les maladies chroniques, une mauvaise santé mentale et une mauvaise observance aux traitements médicamenteux peuvent affecter le milieu de travail et augmenter les coûts de santé et de productivité.

  • Les maladies chroniques sont le principal problème en milieu de travail. Il y a un rendement des capitaux investis favorable pour les programmes de mieux-être qui tentent de lutter contre les maladies chroniques en milieu de travail par la prévention. (Sources : Greenshield, Sunlife)
  • Les troubles de santé mentale sont responsables d’un plus grand nombre de journées de travail perdues que celles qui se rapportent aux conditions physiques. Les coûts indirects liés à la maladie mentale (coûts associés aux demandes de prestations d’invalidité, à la perte de productivité à l’école et au travail en raison de l’absentéisme et du présentéisme, et les services sociaux et judiciaires) dépassent les coûts directs (soins hospitaliers, médecins et médicaments = 8 milliards de dollars) et varient entre 11 et 50 milliards $. (Source : CCDSS)
  • Des études révèlent également des coûts de santé plus élevés et de moins bons résultats de santé associés au fait de ne pas prendre ses médicaments tels que prescrits et les économies découlant de l’amélioration de l’observance au traitement. (Source : Conference Board of Canada)

En conséquence, il est judicieux pour les assureurs et les employeurs d’offrir des programmes qui visent à améliorer l’observance aux médicaments et à promouvoir un mode de vie sain en mettant l’accent sur la prévention.